Emma, des Ressources Humaines au Zéro déchet, portrait #12

Afin de vous aider à trouver le job de sens qui est fait pour vous, des heureux travailleurs ont gentiment accepté de partager un bout de leur histoire …

1. Qui es-tu ? A quoi ressemble ta vie professionnelle ?

« Emma BOLE, consultante enthousiaste en Zéro Déchet. Mon quotidien est rempli de rencontres et d’échanges à travers des conférences sur le zéro déchet – zéro gaspillage, des ateliers de fabrication de produits cosmétiques et ménagers, ainsi que des diagnostics zéro déchet (à destination des particuliers, des collectivités et des entreprises). Je les aide à mieux consommer. »

2.  Quel est ton parcours et comment s’est passé ton déclic pour chercher ton job de sens ?

« Après 10 ans dans les ressources humaines, en mars 2015 la conférence zéro déchet de Béa Johnson à Roubaix a été l’élément déclencheur à mon changement de vie d’abord personnel puis professionnel. Les RH me plaisaient mais je cherchais davantage, j’avais besoin de me sentir pleinement en accord dans ma vie personnelle et professionnelle. J’avais envie de me sentir davantage utile à la planète, à l’humanité. »

3. Comment es-tu arrivée dans ton job actuel ?

« En 2016, j’ai cherché les moyens de me reconvertir. Partir vers un emploi RH dans une entreprise environnementale… j’ai fait un bilan de mon parcours – études et emplois. Je me suis donnée 6 mois pour trouver un emploi, une formation et/ou du bénévolat en association environnementale. Quelques mois après j’étais inscrite en licence professionnelle gestion des déchets, en alternance une semaine sur deux en bureau d’études environnement (via candidature spontanée) et bénévoles dans une association de jardins partagés (les Ajoncs) et zéro déchet (Zero Waste France).

J’ai suivi le programme de Mon Job de Sens qui a totalement renforcé mes projets. Je souhaitais être plus active dans la démarche zéro déchet. J’ai contacté une amie, Perrine DEREUX – Gérante de EthiCS depuis Septembre 2016, afin de travailler ensemble en tant que consultantes en zéro déchet. Elle avait justement besoin d’un renfort. Elle a accepté aussitôt. Je suis d’abord passé par le portage salarial pendant quelques mois. On y perdait un peu financièrement toutes les deux. Après discussion, je suis passée en CDI à temps partiel. Mon objectif est de développer suffisamment EthiCS pour nous assurer un temps complet à toutes les deux. »

4. Questions pratiques : comment gères-tu ton équilibre vie pro/vie perso ? Comment se déroulent tes journées de travail ? Accepterais-tu de dire quel est ton salaire ?

« J’aime tellement ce que je fais que je n’ai pas l’impression de travailler (Confucius). Je travaille certains samedis alors que mon conjoint non. C’est un autre rythme. L’essentiel est de se réserver du temps, pour soi, et pour la famille. J’apprécie d’avoir mon lundi pour faire du sport et prendre du temps pour moi. Le mardi j’ai aussi du temps pour moi, néanmoins j’en profite pour faire du réseau. Du mercredi au samedi je suis en boutique ou en RDV professionnels. J’anime des conférences ou des ateliers. J’ai bon espoir pour augmenter mon revenu à un SMIC d’ici quelques temps. »

5. Quel serait ton conseil pour quelqu’un qui cherche son job de sens ? Est-ce que ton secteur recrute ?

« Mon conseil pour quelqu’un qui cherche son job de sens serait de bien s’écouter, de tout tester, et surtout d’oser. Le seul obstacle dans la vie c’est soi-même. Avec un peu de confiance en soi et de l’audace, on y arrive. Osez !

Le secteur du zéro déchet est en plein essor actuellement. Les gens en général reviennent aux vraies valeurs humaines. Une prise de conscience est en cours. Malheureusement pas pour tout le monde, mais un réel engouement se fait sentir. On l’entend et on le voit par le nombre de clients qui augmentent depuis 2 ans dans la boutique, par l’augmentation d’inscription aux ateliers DIY / faire soi-même, par les interrogations des personnes.

Différents lieux alternatifs voient de plus en plus le jour en ce moment. Pas seulement un effet de mode, les « hommes » ont besoin de revenir au réel, au concret, à la simplicité et au fait maison (ex : ces salons de thé qui se développent). Les particuliers, les entreprises et les collectivités demandent des conférences, des ateliers et des diagnostics zéro déchet. »

6. As-tu quelque chose à ajouter ?

« Merci à Laura de Mon Job de Sens d’avoir cru en moi et de m’avoir soutenue. »

 

Un grand merci Emma pour ton témoignage !

Laura Caniot-Genevois.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.